01. ŒDÈME CÉRÉBRAL, ŒDÈME PAPILLAIRE IDIOPATHIQUE  

  JF de 19 ans  

La pression élevée - depuis 1 an et ½ - comprime les nerfs optiques et la vision se dégrade progressivement : « œdème papillaire idiopathique ». 

Le service de neurologie n'explique pas la ou les causes (« idiopathiques ») de la pression anormalement élevée et dangereuse. Donc, traitement d'urgence* et symptomatique à base de ponction lombaire et médications. L'urgence ne traite que l'urgence, pas les causes. Donc, ça ne tient pas longtemps...

- Ressent les pulsations du cœur dans sa tête,

- Migraines intenses et de très longue durée,

- Troubles de la vision (perçoit un œil unique au centre des visages),

- A besoin d'aide pour marcher.
Retour à la normalité (pression, vision, marche, migraines) dès après la seconde séance de somatopathie. 
 ( Pour lever le 'mystère' et l'absence totale de 'surnaturel' de la chose, lire le § explicatif complémentaire en bas de page ) 

* Rappel important : toujours consulter un médecin en première intention afin d'écarter toute situation d'urgence et de péril immédiat. Ce cas en est une illustration évidente. 

  01b. COMMOTION CÉRÉBRALE et 

Maux de tête persistants. Fillette de 8 ans  

Voir plus loin dans le site

La somatopathie prend en compte près de 200 ( DEUX CENTS ! ) ANOMALIES* tactilement perceptibles sur les os du crâne et de la face** (avec un peu ou beaucoup d’entraînement il est vrai !). À l’exception de seulement... TROIS (dont 2 d'usage rare ou très rare), leur correction ne s’effectue jamais là où on les perçoit sur la tête mais en divers endroits du corps, loin à distance… Les migrations cellulaires de l'embryologie ont permis de lever ce 'mystère' (mis en évidence intuitivement et empiriquement dans les tout débuts de la somatopathie, 1998/1999). Et en grande douceur, sans aucune manipulation, rappel.

Remarque : ces quelques 200 anomalies échappent totalement à ce jour aux imageries modernes dont les rayons (radiographies/scanners) ou les hautes fréquences ultrasonores (échographie) ‘’passent au travers’’ sans rien déceler de la présence de celles-ci. Idem pour les IRM dont les champs magnétiques ne décèlent rien non plus. Et par quelle 'magie' une photographie - la plupart du temps en 2D - pourrait-elle mettre en évidence des (micro)mouvements en 3D ? ! ! 

Les imageries donnent des informations qui échappent aux investigations des mains mais il n'est jamais envisagé que L'INVERSE puisse être tout aussi vrai également : les mains ne sont donc pas si « inutiles, archaïques et dépassées » que cela !

Qu’advient-il ensuite quand on fait disparaître ces étrangetés tactiles ? Le MRP (voir le chapitre qui lui est consacré) se normalise et la physiologie suit en reprenant progressivement ses droits. Cela permet la résolution de cas 'impossibles' comme celui de la vidéo ci-dessus.  Tout comme pour les autres cas évoqués dans le site. . .  Parmi d'autres à venir, tout autant ou encore plus surprenants . . .

* 'Anomalies' tactiles à type de : compressions / expansions / micro-glissements de sutures / tensions de surface / hyposensités / hyperdensités / motilités anormales / fixités / inversions-éversions / lemniscates dissociés / et quelques autres . . .

 TOUTES CES ANOMALIES SONT 100% INDUES ET DONC, SELON NOUS : 100% SI-GNI-FIAN-TES ! ! ! 

** Plus précisément : Tête + organes des sens + cou + glandes diverses

Ensuite, pour le reste : plus de 200 os + leurs cartilages de croissance (donc en gros 400) + 78 organes + environ 600 muscles (et donc 2 fois plus de points et ligaments de fixations !) + glandes diverses + . . . Bref, plus de 2.500 points d’observations dont chacun d’eux peut présenter plusieurs anomalies de MRP (entre 3 et 5). En conséquence, 8 à 10.000 (à la ‘louche’) informations tactiles sur le MRP échappent aux investigations médicales.  Leur existence n'est pas soupçonnée et encore moins envisagée ! Ces  près-de-10.000 anomalies du MRP, perceptibles avec les mains, une fois normalisées, amènent aux vidéos du site. . .