Illustration en images de synthèse

des micro-déformations crâniennes en rythme avec le MRP.

 

À cette perception du MRP ~bien connue~ – modélisée dans ces deux vidéos – et qui envahit ensuite la TOTALITÉ de l’organisme, la somatopathie étudie, via le MRP toujours, une MULTITUDE d’autres INFORMATIONS TACTILES EN PLUS des ‘’classiques’’ anomalies posturales (inter-osseuses) facilement et très rapidement réglées par la Méthode-MRP(Poyet). Ces anomalies du MRP, spécifiques à la somatopathie, sont nommées à notre manière. Même si elles évoquent peu de choses aux non-initiés, en voici en vrac la liste non exhaustive :

             Les lésions de sutures crâniennes (glissements, compressions), les ‘lésions’ intra-osseuses, les tensions intra-osseuses, les hypo et les hyper-densités osseuses crâniennes, les ‘lésions’ intrinsèques crâniennes, les ‘lésions’ intrinsèques viscérales, les ‘lésions’ intrinsèques de fascias, les ‘lésions’ sur les cartilages de croissance (y compris les adultes…), les ‘lésions’ sur les fontanelles (y compris les vestiges infimes encore perceptibles sur les adultes…), les compressions diverses, les Zones Figées (de l'émotionnel vécu), les Organes Figés (épigénétique, de l'émotionnel transmis), le 'sang figé', les points ‘neuro-endocriniens’, les tensions méningées intra-crâniennes, les tensions méningées intra-vertébrales, les micro-glissements inter-somites (intra-vertèbres), les Chaînes, les Super-Chaînes, les super-stress originels, les lemniscates des os non-crâniens, les lemniscates des os crâniens, les lemniscates entre membres opposés, les lemniscates de viscères, les anomalies de latéralisation...​

Note : nous utilisons le terme, abusif, de « lésion » pour qualifier les anomalies perceptibles sous les doigts, à défaut de trouver terme plus approprié de la langue française. Honni soit qui voudrait y voir une ambiguité !

       « Mais 'votre' MRP n'est qu'une hypothèse ! »      

                 (Extrait de la page des ''Questions-Réponses'', Question n°4)                  

Si on utilise un instant le langage des mathématiciens, nous pouvons sans doute considérer le MRP, non pas comme une hypothèse, mais plutôt comme une « CONJECTURE ».

Définition d'une conjecture :

« Une conjecture est un énoncé suggéré par l'intuition ou par L'OBSERVATION d'exemples mais qui N'EST PAS ENCORE DÉMONTRÉ ».

 

C'est l'observation par des milliers de personnes depuis 75 ans, en touchant avec légèreté ET attention, que le MRP est 'apparu' dans les mains.

Sous le lien ci-après en bleu, votre curiosité peut vous amener à consulter une liste de dizaines de conjectures mathématiques démontrées (et donc maintenant ce sont des théorèmes !), de certaines conjectures invalidées (car l'intuition était fausse) et près de 100 autres conjectures en attente de démonstration. Plus de CENT non-démontrées !! Et pourtant ils cherchent ! On ne lit malgré tout nulle part que les docteurs en hautes mathématiques, voire des prix Nobel, sont des petits plaisantins, au prétexte qu'ils recourent à ces conjectures, ces 'presques-théorèmes' non démontrés, POUR AVANCER DANS LEURS TRAVAUX...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_conjectures_math%C3%A9matiques

Autre exemple, tiré cette fois-ci de la physique, de la physique des particules : le Boson de Higgs. Cette particule élémentaire est bien 'pratique' aux physiciens pour expliquer la masse de toutes les autres particules de l'univers... Sur le papier, depuis les années 60, ça 'marche' très bien de faire en considérant que ce 'fantôme' insaisissable existerait réellement pour de bon. Mais impossible de montrer son existence pour autant : une véritable conjecture ! Le Boson de Higgs a été traqué pendant 50 ans par des dizaines d'équipes de physiciens à travers toute la planète. Il a fallu attendre 2015, soit 50 ans plus tard et des milliards de $ et d'€uro plus tard, ainsi qu'une machine de 27 kms de circonférence (Cern/Suisse), excusez du peu, pour que la preuve irréfutable de son existence soit établie !

 

On peut raisonnablement en déduire que le MRP – qui n'est 'traqué' par aucune équipe scientifique avec aucun budget – mettra sans doute beaucoup plus de 50 ans pour être confirmé ! En pratique, on fait comme s'il existait car nous ne parvenons pas à renier nos propres mains et ce qu'elles perçoivent (les FAITS sont têtus). Et en attendant on 'fait avec et comme si' ! Et cette conjecture que représente le MRP fonctionne plutôt pas mal ! Voir les vidéos...

 

La médecine est confrontée, elle aussi parfois, à des conjectures ! Et doit s'en accommoder aussi longtemps que nécessaire... 

 

Exemple, le VHC, le virus de l’Hépatite C : invisible, indécelable. Il est là ‘quelque part’ dans le sang mais il échappe depuis 1/4 de siècle à toutes les investigations. Ce qui n’a pas empêché que les personnes atteintes par le VHC soient médicalement traitées ! L’ennemi est invisible mais il est possible malgré cet obstacle d'agir contre lui… Paradoxal n’est ce pas ?

19 Octobre 2016 : le virus de l’Hépatite C a enfin un ‘visage’ grâce aux travaux de l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale). Voilà, c'est démontré. 25 ans que la communauté médicale attendait cela ! Il aura fallu également ici mettre en œuvre de très gros moyens financiers et techniques et humains – dans une compétition internationale – pour que cette conjecture que représentait le VHC devienne un fait scientifique avéré, concret.

 

Pour qui douterait de la véracité de cette information, plus de détails directement sur le site de l’INSERM : http://presse.inserm.fr/le-virus-de-lhepatite-c-observe-pour-la-premiere-fois-au-microscope/25440/

POUR RÉSUMER : il est possible de travailler très longuement et EFFICACEMENT avec des conjectures  ou malgré des conjectures  sans qu'il soit nécessaire d'en faire tout un plat ! L'important est le bénéfice obtenu.

- JANVIER 2017, découverte américaine : survie de la transcription de l'ADN plusieurs jours APRÈS LA MORT...

- 2018, CONFIRMATION : 2 à 4 (quatre !) jours après la mort des gènes impliqués dans l'embryogenèse ET d'autres, actifs seulement lors des premiers temps de la vie sur terre, SE RÉACTIVENT ! Probablement une ultime et vaine tentative pour ramener le mort à la vie...

- Nous avons pu observer (sur nos proches) que le MRP ne s'interrompt pas immédiatement à la mort du sujet comme l'intuition aurait pu le laisser à penser, mais perdure pendant au minimum plusieurs heures... Difficile de donner de durée plus précise, peut-être plusieurs jours là également, (si l'on en juge d'après la 'ténacité' de nos gènes à ne pas 'se laisser faire') mais les produits chimiques de l'embaumement moderne et le froid négatif interrompent prématurément le MRP.

Note : il n'y a a priori pas de lien direct entre les deux informations. Quoique... les deux font référence aux cellules embryonnaires...

Ce document a également été dupliqué dans la page  Inclassable