HISTOIRE  IN-VRAI-SEM-BLA-BLE  DE  CETTE  

  CONSÉQUENTE  SCOLIOSE  PASSÉE  TOTALEMENT  INAPERÇUE :  

– Adèle est ''suivie de près'' depuis sa petite enfance en raison d’une cardiopathie congénitale : 

– Un cardiologue examine donc régulièrement le cœur défaillant de cette jeune personne ET son généraliste le fait TRÈS régulièrement pour le suivi. Et alerte le cardiologue si nécessaire. Normal.

– Trop petite, un endocrinologue intervient en lui administrant des hormones de croissance. Elle gagne 25 cm.

– Adèle grandit ainsi '' sous étroite surveillance '' médicale, à tel point que maman ne s’alarme plus de la bizarre posture de sa fille car elle est en de très bonnes mains, en effet : « 1 généraliste et 2 spécialistes la surveillent comme le lait sur le feu ! ».

TOUTEFOIS, malgré ces dizaines (!!) de visites et d'examens chez l’un et chez l’autre pendant 16 ans, personne ne décèle d’anomalie autre que la cardiopathie… (et la petite taille)...  

← on imagine très difficilement comment cela est/fut possible ! (Les informaticiens nous ''rassurent'' en nous promettant pour bientôt des diagnostics par '' appli '' téléphone portable… Effectivement, on est super-rassurés !)

– À l’âge de 16 ans cette demoiselle est dans l'obligation de subir une chirurgie cardiaque.

– Lors de la pré-visite, l'anesthésiste remarque que sa patiente ne peut s’allonger à plat dos à cause d’une forte gibbosité : « Tu es bizarrement fichue... Je te conseille vivement d’aller voir un orthopédiste ! ».

– Tardif mais judicieux conseil : le spécialiste décèle immédiatement  cette évidente scoliose.  En effet, qui ne la remarquerait pas, même sous un manteau d’hiver ?! La radiographie permettra de la mesurer  à... 40° ! 

– 16 ans et 1/2 + une scoliose de 40° jamais traitée : il faut faire vite, très vite ! Sa croissance est quasiment terminée, le temps manque. Par la force des choses un corset extrêmement contraignant est prescrit.

– Le corset appuie tellement fort sur ses côtes et ses poumons (et son cœur fragile !) que  cet appareil orthopédique censé l'améliorer la renvoie immédiatement à l’hôpital pour 5 jours de soins intensifs… 

 Terrorisée par cette expérience qui a failli la tuer,  la petite ne veut plus porter son corset. Difficile de lui en vouloir. Maman a entendu parler (un peu tardivement) de la somatopathie…

– Quelques séances en douceur et du bout des doigts AINSI QUE le dépôt de son appareil dentaire* et une petite dizaine de degrés ont pu être récupérés.

– Cette insuffisante (certes) mais notable amélioration (merci qui ?) fait qu'Adèle peut renter dans son corset ! Et elle le porte... la nuit... de temps à autre...

– Malheureusement, 17 ans aujourd’hui et une croissance laborieuse achevée, il sera difficile d’obtenir beaucoup plus. Maman continue les séances de somato toutes les 5 ou 6 semaines : « On continue tant qu’on peut ‘grapiller’ quelque chose ». Adèle d'abord, maman ensuite, aimeraient tellement éviter une chirurgie du dos ! Pas certain que ce soit possible d'y échapper.

– Le généraliste, soudainement, (éclairage nouveau ou simples remords ?) « veut voir » des semelles orthopédiques ! Question : si elles se révèlent si indispensables et souveraines tout à coup sur une scoliose fortement avancée et très peu réductible, pourquoi ne l’étaient-elles pas tout autant bien des années plus tôt sur une scoliose débutante ? ? ! !

Le valgus calcanéen d'Adèle est bilatéral et symétrique; qu’il soit réduit ou non, il n’y aura évidemment pas d’incidence sur la (dé)-rotation de ses vertèbres, dans un sens ou dans l’autre. Sa très conséquente scoliose ne provient pas** de ses pieds ! Heureusement, sinon presque tout le monde en aurait une !!! En effet, si des talons un peu trop penchés en dedans provoquaient ou entretenaient les scolioses, un prix Nobel quelque part dans le monde aurait probablement fait la relation entre les deux ! Mais le protocole est le protocole… Et un ordre (toujours basé sur la Science et le Savoir...) est un ordre. Donc les semelles furent faites...

- Les semelles (complètement dépassées ici car bien impuissantes à faire ce qu'on leur demande de faire) sont remboursées (en partie) par la Sécurité Sociale. Les séances de somatopathie (puissamment active sur le MRP tout en étant dénuée de risques), nullement... Merci de vous reporter à toutes les autres vidéos du site.

  * Se reporter à la page  Spécial... >> Spécial - SCOLIOSES  où ce sujet - '' le dos et les dents '' - est développé plus en détails.

** Se reporter à la page  Personnages >> Serge MANIEY  le meilleur connaisseur des scolioses idiopathiques (à qui je dois l'amélioration du dos d'Adèle).

 – Évidemment cette histoire surréaliste et difficile à croire est vraie, il n’y aurait aucune 'gloire' pour la somatopathie à ce qu’elle fut inventée – 

          HISTOIRE  INVRAISEMBLABLE  N°2 :          

      oublier 'royalement' que le psychisme       

 peut interférer fortement avec le physique ! 

Agression sexuelle violente sur enfant et douleurs pudendales consécutives.

Après plusieurs années d’échecs médicaux : « il se pourrait qu’il y ait une cause émotionnelle ! »

Appelons le Ben. Ben a 9 ans et est sauvagement violé par un militaire au bord d’une rivière. Son agresseur lui maintient la tête sous l’eau… « En me débattant j’arrivais parfois à relever la tête et je me souviens encore de la lumière du soleil derrière l’eau qui coulait sur mes yeux. Mais il me replongeait aussitôt la tête ». Un promeneur mettra fin à son calvaire et à la tentative de noyade.

Le traumatisme physique s’estompe petit à petit mais des douleurs nouvelles, pudendales, apparaissent : « la sensation d’hémorroïdes permanentes, nuit et jour, et l’envie d’aller aux toilettes toutes les demi-heures. Accompagnée de grandes douleurs perpétuelles qui me gâchent la vie ».

Le malheureux hasard voudra que bien des années plus tard, adulte, Ben soit séquestré sous la menace d'un couteau...

Médecin, hospitalisation, médications diverses. Examens nombreux et imageries médicales nombreuses : « Atteinte tronculaire pudendale bilatérale avec nette prédominance droite. On ne comprend pas pourquoi votre nerf pudendal est et reste enflammé ! Allodynie* ».

*Allodynie : le moindre effleurement provoque une douleur démesurée.

Un chirurgien propose d’intervenir pour libérer de l’espace à ce nerf, le second : « ne faites pas ça, si ça ne se passe pas bien vous courrez le risque de ne plus pouvoir contrôler vos selles, définitivement ! ». (Ben a bien fait de se fier à l’avis du second chirurgien !).

Multiples médications, multiples séances de kinésithérapie et d’ostéopathie. Rien n’y fait.

Après 30 années sans résultat un médecin hospitalier envisage (enfin) qu' : « il y a peut-être une cause émotionnelle ! ».

 

Ben ne sait plus à qui faire appel et se dirige de lui-même vers une hypnothérapeute (non-médecin). Cette dernière a entendu parler des ~pouvoirs~ de la somatopathie et lui conseille cette voie. Ben (me) trouvera par ce site internet.

Tout l’art de la somatopathie est de pouvoir, AU COURS D’UNE MÊME SÉANCE – et au mieux possible de ses moyens bien sûr – ‘désintriquer’ ce qui revient au traumatisme physique, au postural, au viscéral, à l’émotionnel, voire à l’émotionnel-qui-a-traversé-les-générations (transmissions épigénétiques*)… On peut évidemment être confronté à TOUS ces domaines combinés/intriqués au même moment sur une même personne… Et le MRP 'part' alors en tous sens ! Mais le MRP, la somatopathie connaît... assez bien !

* Transmissions épigénétiques : se reporter à la page ''Des preuves'' en haut d'écran.

10 jours après la 1ère séance (d'1 heure environ) Ben téléphone pour son second rendez-vous :

« C’est la première fois que quelqu’un parvient à me soulager ! L’effet a commencé 5 ou 6 jours après. Vous m'avez demandé de revenir 3 semaines plus tard mais est-ce qu’on peut rapprocher la séance suivante ? J’ai hâte… ».

Ce cas ‘invraisemblable’ fera peut-être l’objet d’un nouveau témoignage en vidéo. Exceptionnellement anonyme pour des raisons évidentes. Mais authentique. Comme toutes les autres vidéos !

Essai clinique sur 500 canadiens avec entorse de cheville.

La première moitié n'a pas effectué de kinésithérapie. La seconde moitié a suivi 7 séances de 30 mn. La récupération durant les 6 mois suivants est de même ordre dans les 2 groupes, avec ou sans kinésithérapie, suggérant que les séances ont été inutiles...

British Medical Journal, Novembre 2016.

(Contextes similaires dans les vidéos n° 04a, 23, 28, 30, 33 )

  RIONS UN PEU... CELA FAIT DU BIEN :  

« Au pays des aveugles les borgnes sont rois »

Sur internet ou dans la vraie vie, ne perdez pas votre bon sens...

L'antithèse de la Somatopathie !

Techniques

(scientifiques?)

pour les

masochistes :

3 'ninjas' déterminés 'attaquent'

 une jeune femme : cette frêle japonaise n'avait aucune chance...

Massages au marteau !

Le premier 'kamikase' est très satisfait.

(Mais il n'a eu que la 'version light')

La seconde, un peu moins...

Mais c'est certain, ça allonge bien les muscles ! (Méthode utilisée de longue date en cuisine pour attendrir la viande - morte - trop coriace !)

- JANVIER 2017, découverte américaine : survie de la transcription de l'ADN plusieurs jours APRÈS LA MORT...

- 2018, CONFIRMATION : 2 à 4 (quatre !) jours après la mort des gènes impliqués dans l'embryogenèse ET d'autres, actifs seulement lors des premiers temps de la vie sur terre, SE RÉACTIVENT ! Probablement une ultime et vaine tentative pour ramener le mort à la vie...

- Nous avons pu observer (sur nos proches) que le MRP ne s'interrompt pas immédiatement à la mort du sujet comme l'intuition aurait pu le laisser à penser, mais perdure pendant au minimum plusieurs heures... Difficile de donner de durée plus précise, peut-être plusieurs jours là également, (si l'on en juge d'après la 'ténacité' de nos gènes à ne pas 'se laisser faire') mais les produits chimiques de l'embaumement moderne et le froid négatif interrompent prématurément le MRP.

Note : il n'y a a priori pas de lien direct entre les deux informations. Quoique... les deux font référence aux cellules embryonnaires...

Ce document a également été dupliqué dans la page :  MRP 

« Les manipulations » : à quelles conditions ?

Source et texte complet de la MACSF (Mutuelle d’Assurance du Corps Sanitaire Français) sous ce lien :

https://www.macsf-exerciceprofessionnel.fr/Responsabilite/Actes-de-soins-technique-medicale/manipulation-kine-conditions/?utm_campaign=NL%20paras%20f%E9vrier%202017-f%E9vrier-2017&utm_medium=email&utm_source=newsletter

(…) (… ) (...) Les manipulations, notamment cervicales, peuvent être à l’origine de très graves complications, même si elles sont rares.

  • Les manipulations du rachis cervical sont autorisées pour les ostéopathes, sous réserve d’un certificat de non contre-indication rédigé par un médecin (décret n°2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie)

  • Les manipulations du crâne, du rachis et de la face chez le nourrisson et du rachis cervical ne sont autorisées que sous une réserve importante : il faut qu’un diagnostic ait été établi par un médecin attestant de l’absence de contre-indication à l’ostéopathie*. A défaut, la responsabilité de l’ostéopathe pourrait être retenue.

    Ce certificat peut également être source de responsabilité pour le médecin, s’il ne détecte pas d’éventuelles contre-indications*.

 

** Ce qui au quotidien ne doit pas être chose très facile pour le médecin. Surtout s'il/elle n'a pas développé d'intérêt particulier pour l'ostéopathie ! Et qu'en est-il si ce médecin est hostile à l'ostéopathie par principe ?! De plus, pour complexifier la chose, sous le même terme ‘'ostéopathie'’ sont englobées sans discernement des techniques très variées qui vont de la manipulation douce tout en légèreté à... la pendaison par les pieds, la traction forte de la tête ou la table d’élongation...

Qui va ensuite oser libeller une ordonnance surréaliste telle que celle-ci ? : « Par cette non contre-indication (qui engage ma responsabilité) j'autorise mon patient a être pendu par les pieds par un inconnu, avec traction de la tête » !!!!!

  • (…) (…) le kinésithérapeute est donc bien habilité à pratiquer les manipulations non forcées de toutes les articulations.

    C’est aussi en ce sens que se prononcent les juges. Ainsi, un tribunal de grande instance a jugé, par décision du 18 novembre 2011, qu’il appartenait bien à l’assureur de garantir un sinistre consistant en une tétraplégie à la suite de mouvements de rotation appuyés et prolongés par un kinésithérapeute. Les juges ont relevé qu’une confusion avait été à tort introduite entre mobilisation forcée et manipulation.

    Une autre décision du 28 août 2014 va dans le même sens. Il s’était produit une dissection de l’artère vertébrale gauche dans les suites d’une manipulation cervicale par un kinésithérapeute. À la question de savoir si l’acte réalisé entrait ou non dans le champ de compétence du kinésithérapeute, les juges ont répondu qu’il « ressort des textes que ce sont les manœuvres dites “de force” qui sortent du champ de compétence des kinésithérapeutes, ce qui ne leur interdit nullement de pratiquer des actes de kinésithérapie cervicale ». En l’espèce il ne ressortait pas des pièces produites que le kinésithérapeute aurait pratiqué une manœuvre de force sur les vertèbres du patient, même si ce dernier a fait état d’un “craquement”, insuffisant à caractériser une manipulation « en force ».

Subtil !
 

Du côté de la Somatopathie c’est très clair : le recours aux manipulations est définitivement aboli – qu’elles soient vertébrales ou autre – depuis 35 années environ. Les manipulations sont en effet interdites depuis les années 80 grâce à M. Poyet. Ça ‘tombe’ bien, on peut s’en affranchir aisément.

Le pire accident qui puisse ensuite survenir est assurément celui de… tomber de la table. Ce qui est encore plus rare.

'' Le Grand Tournant ''
Un film documentaire de l'IPSN
(Institut pour la Protection de la Santé Naturelle)

Ouvrir à d'autres horizons : « Médecine, le grand tournant »

« La médecine est en plein bouleversement, des dogmes à priori inébranlables se fissurent . . .
Les différents scandales : les 1.300 à 1.800 morts du Médiator (source 'Le Monde') et ses 3 à 4.000 hospitalisations, la Dépakine et ses risques fœtaux-toxiques connus - mais tus depuis 20 ans (et suspectés depuis 30 ans) -, des vaccins mensongèrement présentés comme « obligatoires » alors qu'ils ne sont que « conseillés », des vaccins obligatoires et indispensables (DTP) mais introuvables sauf en 'cocktail' de 6 avec aluminium inclus - et 6 à 7 fois plus chers -, conflits d’intérêts, maladies nosocomiales en nombre, essais 'kamikaze' sur l'humain de tel nouveau médicament alors que la veille la même substance tuent les animaux du laboratoire - ! ! ! -, ont eu raison de la confiance du public et des professionnels.


La prévention plutôt que la guérison, une médecine du corps et de l’esprit comme un tout indissociable... Ce film a pour objectif de faire un constat indispensable pour notre monde en mutation, en quête de vérité et d’harmonie.
Les 3 et 4 Octobre 2015 a eu lieu le Congrès International de Santé Naturelle au Parc Floral de Paris, organisé par l’IPSN Institut pour la Protection de la Santé Naturelle.
Lors de cet événement nous avons demandé aux différents intervenants, mais aussi au public, de donner leur sentiment sur la perception qu’ils ont de l’état actuel de la médecine. Les personnes interviewées n’ont pas manqué de considérer la nécessité pour notre société de s’ouvrir vers d’autres horizons... (IPSN) ».

Un documentaire de Jean-Yves Bilien (extrait ci-contre) :
© IPSN & BigBangBoum Films.

En partenariat avec Santé Nature Innovation – 2016

Films et documentaires de l'IPSN :
http://www.filmsdocumentaires.com/films/4168-medecine-le-grand-tournant

« Certains préfèrent mourrir ou souffrir scientifiquement plutôt que de guérir empiriquement ! MOI NON ! Je regrette, j'ai fait mon choix... ».

Dr en pharmacie Albert-Claude QUEMOUN