04. GRANDES DÉFORMATIONS CRÂNIENNES
nécessitant conséquente chirurgie. Enfant de 4 ans et 1/2

- Importantes, (multiples et dans tous les plans) déformations crâniennes du petit enfant : il a été possible – sur plusieurs mois, (c’est de l’os en croissance quand même !) – d'éviter une lourde chirurgie crânienne envisagée en seule option. Même sur un stade plutôt tardif comme celui-ci.

Et, ‘’accessoirement’’, sans devoir mettre la vie de l’enfant en danger à aucun moment. (Oubli de mention dans la vidéo concernant le renoncement à l'option-chirurgie : les parents connaissent un enfant décédé à la suite d'une intervention similaire. La maman, ci-contre, peut le confirmer au besoin.)

La neuro-chirurgie optait pour la découpe (et ensuite tirer sur) les os de la voûte. Or, une voûte déformée est une ADAPTATION à des tensions anormales siégeant dans la base du crâne, sutures et méninges : « Un couvercle s’adapte à la dimension et à la forme de la casserole, constate-t-on en somatopathie. Pas le contraire ! » ...

Les doigts légers et entraînés sont à même de percevoir les tensions INTRA-osseuses de la base & INTRA-membranaires ainsi que les tensions des sutures INTER-osseuses, lesquelles échappent totalement aux radiographies, scanners, IRM, échographies, dont les rayonnements passent au travers sans rien déceler de ces ~détails~ pour nous si importants… 

(Or, ce qui n’apparaît à aucun de ces instruments sophistiqués – ils montrent d’autres choses – est considéré comme... n'existant pas…).

Via le MRP, donc, la somatopathie normalise progressivement ces tensions intrinsèques aux os ainsi que celles des méninges crâniennes et vertébrales. Petit à petit, la voûte S’ADAPTE D’ELLE MÊME SPONTANÉMENT à une base corrigée et ‘toute neuve’ ! C'est-à-dire, en pratique : sans jamais avoir à intervenir au crâne directement* !

(* Et ça - obtenir une action bénéfique très à distance de sa manifestation - c’est une autre ‘sacrée’ grande découverte ! Merci à messieurs Pierre-Camille Vernet et Serge Maniey d'avoir également découvert cela).

 PS: SEMELLES ORTHOPÉDIQUES INDUES :  en raison de chutes à répétition, des semelles orthopédiques étaient prescrites à cet enfant (1er motif de consultation !). Elles se sont rapidement révélées inutiles dès l'arrêt - spontané - de ces chutes à répétition. En agissant sur leurs causes (posturales) et non pas sur leur manifestation seule. Moralité : qui ne regarde QUE les pieds ne trouve QUE des problèmes de pieds ! ! !